Temps de lecture : 2 min.

Citation d’Einstein sur la subjectivité de la perception du réel

 

citation einstein sur le réel illustré d'un paysage avec un hibou, le soleil, la lune...

 

La citation entière est la suivante :

« La croyance en un monde extérieur indépendant du sujet qui le perçoit est à la base de toutes les sciences de la nature. Cependant, puisque la perception sensorielle ne donne qu’indirectement des informations de ce monde extérieur ou “réalité physique”, nous ne pouvons l’appréhender que de manière spéculative. Il en découle donc que les notions que nous avons de la réalité physique ne peuvent jamais être définitives. Nous devons toujours être prêts à changer ces notions — c’est-à-dire, les axiomes de base de la physique — afin d’interpréter les faits perçus de la manière la plus parfaite. »

Cette citation est intéressante, car elle montre que c’est une croyance que de voir le monde comme étant extérieur à nous, indépendant. En fait, la science avec la physique quantique a démontré le contraire. Le monde est une projection et une interprétation psychique. De nombreuses expériences ont démontré que l’observateur influence le résultat. Donc, l’objectivité scientifique est une croyance et un leurre. Et ça, c’est seulement en physique. On retrouve ces mêmes influences de l’observateur avec les effets placebo et nocebo (son contraire) en biologie, avec également les succès « inexpliqués » de l’hypnose, de la prière, de la magie… Et la « science » balaye sous le tapis tout ce qui ne colle pas avec sa manière de voir !

Il y a bien sûr un consensus de perception qui fait que nous expérimentons tous plus ou moins la même réalité. Et c’est ce qu’on appelle le réel ou la Vérité. Mais même là, il y aurait beaucoup à dire. Les témoignages policiers sont intéressants à ce sujet. Qui, quoi perçoit qui et quoi et quand et pourquoi et pour quoi faire ? La trame de la vie, de la conscience est d’une complexité extrême, car la conscience de soi n’est pas que l’apanage de l’être humain.

Et donc, vu que le monde extérieur découle des ses observateurs (et je le répète, il n’y a pas que les humains), et que ces observateurs sont eux-mêmes changeants, le monde extérieur est mouvant et ses règles aussi. On en a un exemple en ce moment avec l’effet Mandela dont je reparlerai. La statue du Penseur de Rodin : l’avez-vous toujours connu ainsi, dans cette position ? J’en ai d’autres souvenirs, et pas seulement moi. Et il y a même des preuves que le Penseur était différent au début du 20e siècle. Alors quoi ? On change de réalité sans s’en rendre compte ? On le dirait bien…